Pour que le jeu en ligne fonctionne, il est essentiel de développer la confiance entre les joueurs. C’est vrai pour tous les casinos, même dans le monde des casinos physiques, les clients doivent savoir que quelqu’un les surveille et s’assure qu’ils ne sont pas trompés. Mais en ce qui concerne les jeux sur Internet, il est encore plus difficile pour les joueurs d’avoir confiance en l’intégrité des jeux auxquels ils jouent. C’est pourquoi la réglementation et l’octroi de licences pour les sites de jeux en ligne sont si importants. Dans de nombreuses juridictions à travers le monde, les organismes gouvernementaux ont la responsabilité de veiller à ce que tous les opérateurs de casino en ligne possèdent une licence pour déterminer la fiabilité du casino. Ils assument également d’autres responsabilités, comme aider à établir des règles garantissant la sécurité des fonds des joueurs à tout moment.

La licence de casino en ligne pour les acteurs de casino Québec

La Commission des jeux de Kahnawake qui est opérationnelle depuis 1999, cette autorité de délivrance de permis qui réglemente les jeux provenant du territoire mohawk de Kahnawake au Québec est peut-être le nom le plus largement reconnu dans la réglementation en ligne.

Par rapport à de nombreux groupes réglementaires, le KGC demande très peu de taxes et de frais, ce qui en fait un endroit attrayant pour les opérateurs qui souhaitent obtenir une licence, en particulier s’ils ne cherchent pas à pénétrer des marchés réglementés localement. La commission est également connue pour prendre au sérieux les différends avec les joueurs, les plaintes valables étant souvent confirmées par les officiels.

Vous pouvez voir le guide en ce qui concerne la réglementation des casinos en ligne et l’octroi de la licence pour ces casinos.

UK Gambling Commission

L’UK Gambling Commission est établie par la Gambling, l’UKGC a succédé à ce que l’on appelait alors le Gaming Board pour la Grande-Bretagne en 2007. Elle réglemente la plupart des formes de paris au Royaume-Uni, à l’exception des paris sportifs, qui est traitée séparément. Dans le cadre de ses fonctions, l’UKGC supervise les paris à distance, ce qui comprend l’octroi de licences aux sites de jeux en ligne.

Alors qu’une licence de l’UKGC a toujours été prestigieuse, une telle désignation est devenue encore plus importante depuis l’adoption du Gambling (Licensing and Advertising Bill). Cette législation a non seulement introduit une taxe au point de consommation pour les paris à distance au Royaume-Uni, mais elle a également exigé que toute entreprise souhaitant prendre des paris auprès de clients britanniques obtienne une licence auprès de l’UKGC.

ARJEL (France)

Lorsque la France a approuvé la réglementation des jeux de hasard sur Internet en 2010, le pays a également créé l’Autorité de régulation des jeux en ligne, mieux connue sous le nom d’ARJEL, pour superviser la nouvelle industrie. ARJEL délivre désormais des licences qui permettent spécifiquement aux entreprises d’offrir légalement leurs jeux sur le Web en France, l’un des plus grands marchés de paris d’Europe.

Malta Gaming Authority qui supervise un grand nombre d’acteurs des jeux de casino

Situé dans la mer Méditerranée, Malte est probablement plus souvent considérée par les gens, s’ils y pensent du tout, comme une destination touristique exotique que comme une plaque tournante pour les casinos en ligne. Mais la Malta Gaming Authority supervise un grand nombre d’opérateurs, qui sont tous heureux de profiter d’un régime fiscal relativement généreux, d’institutions financières locales amicales et de la possibilité d’utiliser leur licence pour prendre des paris de pratiquement n’importe où dans le monde.

PAGCOR et FCLRC (Philippines) pour la réglementation des acteurs de jeu en Asie

Les Philippines sont le seul pays notable d’Asie à proposer des licences de jeux en ligne pour les entreprises. Cela l’a placée dans une position puissante, car de nombreux opérateurs qui souhaitent cibler le marché asiatique cherchent à acquérir une licence philippine afin de gagner du poids dans la région ou de tirer parti des talents et des ressources du pays. Alors que les entreprises qui ont leur siège social ici peuvent profiter de crédits d’impôt étendus et peuvent attirer des clients de partout dans le monde, elles doivent accepter de ne pas cibler les résidents philippins et ne sont pas autorisées à prendre des paris sur des événements sportifs qui se déroulent aux Philippines.

Il y a en fait deux régulateurs différents qui offrent des licences dans ce pays. La Philippine Amusement and Gaming Corporation (PAGCOR) ne gère actuellement que les sites terrestres, bien qu’il ait été proposé de lui permettre de réglementer les jeux en ligne aux Philippines même.